Tous les articles dans "Ateliers" :

> EXPULSION DES ARTISTES DE LA FORGE le 13 décembre 2011
14 décembre 2011

> LA FORGE DE BELLEVILLE en danger d’expulsion
2 novembre 2011

> Urgence ! Solidarité ateliers
6 février 2010

> POUR DES ATELIERS D’ARTISTES
4 décembre 2009

> LOGEMENT et ATELIER
26 novembre 2009




© SNAPcgt 2006
conception graphique : GL
réalisation du site : Clm + SPIP
 
puce  LOGEMENT et ATELIER
Écrit par Pierre Garçon le 26 novembre 2009 à 14h56

ACTION septembre 2013

appel à signatures pour des ateliers à Paris dans le cadre du programme de réhabilitation en logements du quartier caserne de Reuilly.

réunion mardi 1er octobre, 18h30 14-16 rue des Lilas - 75019 Paris M° Place des Fêtes

"Pour des Ateliers et logements Ateliers"

Si vous ne pouvez vous déplacer, faites nous part de votre soutien par courriel en indiquant simplement vos Nom, Prénom et profession exercée. Nous les ajouterons à la liste des signataires.

Le même jour, nous proposerons aussi à votre signature un texte pour le retour de la TVA des auteurs au taux réduit.

voir article


ACTIONS ANTERIEURES


RV : DES ATELIERS POUR LES ARTISTES , MARDI 15 DECEMBRE 2009 à 16H place de l’HÔTEL DE VILLE DE PARIS


CONGRÈS DU SNAP 2009 : LES ATELIERS

- RELEVE D’ORIENTATIONS

1. Soutenir les artistes menacés d’expulsion. Maintient des ateliers existants dans leur vocation, avec les artistes occupants, pour éviter que leur éventuel relogement n’aggrave plus encore la pénurie globale.

2. Distinguer les lieux dédiés aux « résidences » des ateliers d’artistes. Les lieux de résidences sont espaces d’accueils temporaires pour réaliser un projet ; l’atelier est l’espace de travail quotidien de l’artiste, chez lui. Ne pas laisser glisser les ateliers en espaces de résidences.

3. Élaborer un document programme, outil syndical de revendication au national et dans les régions pour renouveler et étendre le parc d’ateliers et d’ateliers logements.`

4. Intervenir prioritairement auprès des élus sans s’interdire d’agir auprès des bailleurs HLM ; faire inscrire la problématique de l’atelier dans le cadre de Programmes Locaux d’Habitat en urgence sociale.

5. Revendiquer des statuts pérennes d’ateliers par baux spécifiques (baux professionnels) et l’accession sociale à la propriété des ateliers. Diversifier les demandes pour répondre aux diverses situations : ateliers disséminés / ateliers groupés, ateliers-logements, ateliers+logements...

6. Exiger la transparence dans l’attribution des ateliers. Présence des organisations professionnelles aux instances d’attribution.

7. Enquêter par un état des lieux national pour ajuster notre diagnostic et les propositions de répondre aux besoins des artiste : un questionnaire via une institution, à déterminer.

Le SNAPcgt constate et dénonce la dégradation des conditions de vie et d’exercice professionnel des artistes plasticiens, plus particulièrement à travers la crise des ateliers d’artistes et des ateliers-logements, nous soutenons le maintien dans les lieux des artistes de La Forge de Belleville, de la Voûte et de la Blanchisserie en région parisienne. Nous soutenons activement tous les artistes menacés d’expulsion de leur lieu de création.

Le SNAPcgt demande la programmation, la construction, la rénovation, l’affectation de lieux de création (ateliers logements, ateliers + logements) sur l’ensemble des agglomérations françaises. La pénurie d’ateliers d’artistes atteint des limites insoutenables pour les plasticiens dont c’est l’outil de travail N° 1. Nous demandons la contribution de l’état à ces programmes.

Besoins :
-   Ateliers logements insérés dans les programmes d’habitats à loyers modérés
-   Ateliers séparés du logement
-   Groupements d’ateliers
-   Accession sociale à la propriété
-   Baux professionnels pour arrêter la précarisation

Le SNAPcgt condamne la transformation d’ateliers d’artistes en lieux de résidences, éphémères, ainsi que le chantage à l’attribution d’ateliers en échange d’une action sociale bénévole de l’artiste.

Le SNAPcgt revendique la présence des organisations professionnelles aux commissions d’attribution d’ateliers, pour en garantir une meilleure transparence. Nos critères d’attribution sont prioritairement sociaux et professionnels.

Le SNAPcgt demande que soit établi par une enquête nationale, un état des lieux de la situation des artistes sur le logement et l’atelier, afin de prendre précisément la mesure des besoins.

Néanmoins la situation est tellement préoccupante, qu’il faut dès à présent engager des politiques volontaires pour mettre à disposition des ateliers d’artistes et des logements ateliers.


Annexe technique à poursuivre :

-   réflexion juridique sur les baux (professionnel 3/6/9, emphytéotique)
-   rédaction d’un texte programmatique sur les ateliers
-   demande d’inscription dans le PLH de programme d’ateliers
-   réflexion sur les prix de loyers et d’accession à la propriété
-   questions posées lors des séparations de couples
-   constat fait des baisses des aides matérielles et à l’installation d’ateliers des DRAC
-   réflexion sur les modalités d’actions syndicales


Rappel Article janvier 2007 : LOGEMENT et ATELIER

Considérant qu’une grande part de la profession est paupérisée par une conjoncture économique morose doublée du désengagement de l’état des politiques culturelles, force est de constater que les artistes ont bien du mal à se loger et trouver un atelier.

La mise à disposition de friches industrielles en guise d’ateliers ne suffit pas à régler le problème : il n’y a pas la place pour tous, tous les artistes n’ont pas les mêmes besoins.

La revendication est à porter tous azimut :
-  Pour des ateliers, individuels et collectifs,
-  Pour des logements,
-  Pour des ateliers-logements.

Il faut différencier les locaux mis à disposition ou loués à des associations de ceux réservés directement aux artistes. Dans un cas il s’agit de lieux voués à la réalisation des objectifs de l’association, dans l’autre, à la réalisation des projets professionnels des artistes.

Il faut aussi différencier les lieus de « résidences », des ateliers-logements ; Les premiers devraient concerner des artistes dont l’institution (l’organisateur) souhaite faire émerger un projet (ou cycle) artistique. Ils devraient être attribués sur des critères d’appels à projets. Les seconds doivent permettre le cheminement professionnel de l’artiste et son logement, au même titre que tout autre locataire. lorsqu’ils sont HLM les logements-ateliers doivent être réservés à des artistes et leur attribution doit prioriser la situation sociale des bénéficiaires).

Document de réunion d’information : SNAPcgt44, Nantes, septembre 2006

LE LOGEMENT SOCIAL

Lorsqu’ils postulent à un logement social, les artistes sont plus fragiles que d’autres. Leurs revenus sont souvent faibles et non garantis. Les sociétés HLM leurs préfèrent souvent des locataires, apparemment plus solvables. Il faut interpeller les maires et les CCAS pour qu’ils soutiennent les candidatures des artistes auprès des bailleurs.

Le logement social : demander la construction ou l’affectation d’ateliers/logements d’artistes dans les programmes de logement social. De même, pour les programmes en accession à la propriéte.

Localement, nos interlocuteurs doivent être les communes, communautés urbaines ou d’agglomération, car ce sont d’elles que dépend l’application d’une Politique de la Ville dans laquelle la situation particulière des artistes pourrait être considérée.

C’est un champs à investir par les organisations professionnelles, donc le SNAPcgt. Cela demande du temps et des moyens humains qui font souvent défaut aux militants syndicaux. Ainsi, lorsqu’un artiste vient contacter son organisation professionnelle sur la question, il peut être bon de l’aider en lui demandant aussi un coup de main sur les démarches et la recherche.

Ces mêmes collectivités sont porteuses (ou pas) de projets culturels qui peuvent avoir un rapport avec la question du logement et/ou de l’atelier (plus que les départements ou régions, qui viennent en complément de financement, le plus souvent).

Les parcs de logement-ateliers

Ils sont en général co-gérés par les bailleurs sociaux, les municipalités et les DRAC. Des représentants de la profession siègent à certaines commissions d’attribution de logements atelier.

Les DRAC occupent un rôle de gestion de parcs existants dans certaines grandes agglomérations et éventuellement d’aide au financement par les collectivité, mais à des conditions dissuasives : elles participent au financement à la condition d’en gérer les attributions. Cet état de fait n’encourage pas des petites ou moyennes collectivités à passer partenariat avec les DRAC pour créer de nouveaux ateliers car leurs intérets peuvent diverger : les communes ayant tendance à vouloir loger leurs administrés (artistes locaux) et les DRAC, les artistes qu’elles veulent soutenir.

Concernant le parc existant des grandes agglomérations, il est regrettable que ne se poursuive qu’une simple rotation et non une politique pour l’accroître. Il peut valoir mieux s’adresser aux élus en charge des politiques sociales, plutôt qu’aux élus ou services culturels, pour revendiquer la création de nouveaux logements-ateliers, surtout au moment de la révision d’un Plan Local d’Urbanisme ou d’un Programme Local de l’Habitat.

à Nantes et son agglomération (dont l’auteur de l’article est issu), les organisations professionnelles d’artistes sont tenues à l’écart de toute commission d’attribution ou de conseil pour les ateliers-logements existants. Selon le principe du "faire le bien des artistes, sans eux", nous ne sommes non plus pas concertés sur les besoins en affectations ou constructions nouvelles, malgré des courriers à la ville centre et à la Communauté d’agglomération restés sans suite. Il est impossible d’ailleurs de certifier qu’il se tienne quelque commission ayant pour rôle de statuer, ni de savoir si les attributions de logements ou ateliers peuvent survenir autrement que par l’entregent de petits potentats, amis de décideurs locaux, ou protégés de "cheffaillons de l’action culturelle".

vous aimeriez que les choses changent ? syndiquez-vous !

atelier-logement à Paris

NON aux expulsions d’artistes

occupation d’appartements par des artistes mal-logés