Tous les articles dans "Droits d’auteurs" :

> une avancée historique !
16 juin 2016

> Unanimité pour l’adoption de l’amendement Google
5 avril 2016

> AMENDEMENT MOTEURS DE RECHERCHE
22 mars 2016

> Les syndicats défendent les auteurs, le gouvernement défend Google et Jean-Claude Juncker.
14 mars 2016

> Exception de panorama : Artistes, mobilisez-vous !
6 juillet 2015

> Net Public promotionne le "libre de droits"
5 mars 2015

> la CHARGE SAUVAGE du Président de la Commission européenne
6 octobre 2014

> ELECTIONS à la SAIF : pour la SAIF, démocratique et solidaire
26 juin 2014

> pétition internationale sur le Droit de Suite
11 septembre 2013

> EXCEPTION CULTURELLE
13 juin 2013

> accord GOOGLE - presse : et les arts visuels ???
8 février 2013

> Copie Privée : nouvelle loi
21 décembre 2011

> NON AU LABEL HADOPI POUR FOTOLIA
11 mai 2011

> ARTISTS for RESALE RIGHT in EUROPE
3 mars 2011

> DROIT de SUITE : consultation publique. ARTISTES, agissez pour défendre votre DROITde SUITE
18 février 2011

> co-auteurs de BD, oeuvres de collaborations...
20 janvier 2011

> oeuvres orphelines - proposition 441 - ADOPTEE MAIS TRONQUEE !
28 octobre 2010

> oeuvres dégradées, enfin restaurées
19 juillet 2010

> Rémunération COPIE PRIVÉE
16 novembre 2009

> HADOPI RIDICULE, HADOPI BANANé !
10 juin 2009

> HADOPI adopté : Non, il ne s’agit pas du chat de la voisine.
4 avril 2009

> Appel des photographes
25 mars 2009

> DADVSI 2, HADOPI : De bonnes questions ? De mauvaises réponses.
2 mars 2009

> Accord Saif / Dailymotion
3 février 2009

> DROIT DE SUITE, le décret est paru : c’est quoi ?
18 mai 2007




© SNAPcgt 2006
conception graphique : GL
réalisation du site : Clm + SPIP
 
puce  oeuvres dégradées, enfin restaurées
Écrit par Pierre Garçon le 19 juillet 2010 à 12h06

Les sculptures du plasticien Allan McCollum, à Montpellier, ont été enfin restaurées, nous informe son entourage.

Ces oeuvres de couleurs vives et variées avaient été recouvertes d’une peinture uniforme "argentée", par un étudiant en arts, sans autorisation ni de l’artiste, ni de la ville.

Une controverse médiatique avait ensuite été alimentée dans des journaux et sur la toile, par laquelle chacun donnait son avis à propos de quelle couleur était appropriée. L’auteur des sculptures étant tourné en dérision, celui des déprédations s’attirait notoriété à bon compte.

La distance (l’artiste réside aux États Unis), le barrage de la langue, des textes contractuels et réglementaires, ont rendus long et difficile le rétablissement du droit moral de l’auteur, qui s’accomplit avec la restauration des sculptures. Nous sommes heureux que notre soutien et quelques conseils y aient contribué.