Tous les articles dans "Paris - Île-de-France" :

> Réunion SNAPcgt PIF • le Samedi 11 Avril 2015
31 mars 2015

> 29 janvier : réunion FORUM d’artistes à Montreuil
18 janvier 2015

> SNAPcgt Paris Île de France
7 mars 2014

> réunion plasticiens à Paris, 7 juin
19 mai 2013

> pétition pour la naturalisation des artistes KRISTIN MELLER et RAÚL VELASCO
30 novembre 2012

> Pénurie d’atelier, expulsions, ça suffit !
6 novembre 2011

> graphistes - plasticiens contre le racisme
31 mai 2011

> 8 mois sans sanitaires sur un lieu "Ville de Paris".
8 février 2011

> PARIS : expulsion d’un collectif d’artistes
30 octobre 2010

> accident à La Forge
22 octobre 2010

> soutien à un délégué syndical
9 octobre 2010

> L’argent n’a pas d’odeur, la sécurité non plus...
19 juillet 2010

> La Forge de Belleville reste propriétaire de son nom
29 janvier 2010

> alerte expulsion
19 décembre 2009

> La Forge sous pressions : ATTENTION !
14 novembre 2009

> PROGRAMME du CONGRÈS
7 novembre 2009

> NON AUX EXPULSIONS D’ARTISTES : OUI À LA CONSTRUCTION D’ATELIERS
22 septembre 2009

> nouvelle ALERTE sur LA FORGE !
28 mai 2009

> "Les artistes de la Forge de Belleville ne seront pas expulsés"
15 mai 2009

> NON AUX EXPULSIONS D’ARTISTES
10 avril 2009

> Réunion PAPERASSE ARTISTES à Paris.
31 mars 2009

> Logements Ateliers d’artistes à Paris
16 décembre 2008

> vernissage du droit de présentation publique
7 février 2008




© SNAPcgt 2006
conception graphique : GL
réalisation du site : Clm + SPIP
 
puce  NON AUX EXPULSIONS D’ARTISTES : OUI À LA CONSTRUCTION D’ATELIERS
Écrit par SNAPpif le 22 septembre 2009 à 22h24

RV : DES ATELIERS POUR LES ARTISTES , MARDI 15 DECEMBRE 2009 à 16H place de l’HÔTEL DE VILLE DE PARIS

POUR LA CONSTRUCTION D’ATELIERS À PARIS & EN RÉGION ILE DE FRANCE

Le Syndicat National des Artistes Plasticiens CGT / Paris-ile de France affirme sa solidarité avec les artistes du 53 bis rue de la Voûte Paris 12 ème sommés de quitter leurs ateliers au plus tard le 31 décembre prochain par la SNCF propriétaire des lieux, au motif que la RATP prévoit d’y installer un transformateur pour le futur tramway, projet porté, rappelons le, par la ville de Paris et la Région.

Nous savons que d’autres solutions sont possibles et nous appelons les 4 acteurs "interchangeables" (1) que sont la SNCF (RFF) /la RATP/le STIF (la Région Ile de France), la ville de Paris à les mettre en oeuvre plutôt que d’expulser des artistes installés depuis 18 ans sans délais (2), sans relogement, sans indemnités !

Après les artistes de La Forge de Belleville eux aussi sommés de rendre leurs clefs en avril dernier (3), nous affirmons que Paris "Capitale des Arts" ne doit plus tolérer qu’après l’éviction des couches populaires et des artisans, ses derniers artistes soient chassés d’une ville qui se condamnerait à n’être que la "Capitale du Luxe" .

Nous réclamons de la ville de Paris qu’elle assure la pérennité des ateliers existants et qu’elle mette en chantier un programme conséquent (4) de construction d’ateliers d’artistes et ateliers-logements en coordination avec les communes périphériques, les Conseils Généraux et La Région et les organisations professionnelles. Non aux expulsions d’artistes, oui à la construction d’ateliers à Paris et en Région : ouvrons la discussion avec les élus.

le snap Paris/ile de France, le 23 septembre 2009

(1) les artistes de l’atelier de la Voûte ont les plus grandes difficultés à trouver un interlocuteur qui accepte de discuter de leur situation d’où un jeu de ping pong entre les uns et les autres insupportable- quoiqu’il apparaisse au final que c’est bien la ville de Paris qui conduit l’opération tramway-

(2) la lettre recommandée de cessation de bail signée de Réseau Ferré de France est datée du 31 Juillet 2009 !

(3) la campagne d’opinion menée par les artistes de La Forge avec le concours du snap-pif et des élus a finalement permis leur maintien dans les lieux, mais la pénurie d’ateliers d’artistes sur Paris est fortement apparue dans ces circonstances.

(4) sur les 12 derniers mois il a été attribué 40 ateliers à Paris pour une liste d’attente d’au moins 900 cas urgents par une commission d’attribution qui ne s’était plus réunie depuis un an !